selloum village kabyle

selloum village kabyle de la wilaya de bouira

26 janvier 2010

l'association des étudiants algériens de Reims.

            Les étudiants algériens fêtent le nouvel...

Reims  : Les étudiants algériens fêtent le nouvel an 2960
De l'identité nationale des Berbères

Agrandir la photo

                                    

Le président Chalal Makhlouf, les personnalités invitées et une jeune étudiante en robe berbère.

En célébrant le nouvel an berbère, les étudiants algériens de Reims ont lancé officiellement leur association autour d'un bon couscous.

«TOUT le peuple algérien est berbère, même s'il y a des diversités culturelles. L'an 2960, ça signifie que l'Algérie a une très longue histoire et que nous sommes fiers de cette histoire ». Applaudissements nourris de députés algériens pour leur député de l'immigration en France, Abdel Azzedine. Ce dernier s'exprimait lors de la célébration, hier midi, du nouvel an berbère. Autrement dit, le 12 janvier 2960. Cette manifestation chaleureuse marquait ainsi le lancement officiel de l'association des étudiants algériens de Reims.
Cette association est née en novembre dernier, sous la présidence de Chalal Makhlouf. Pour le moment, elle réunit une centaine de membres, mais elle est ouverte à l'ensemble des étudiants rémois.
En marquant « Yennayer », les étudiants algériens ont commémoré à la fois l'avènement de Sheshnaq, le Berbère fondateur de la XXIIe dynastie égyptienne, et le mariage de son fils avec la princesse Makara, fille du pharaon de l'époque, soit les années 950 avant Jésus-Christ.
Au-delà de ce fait historique, les étudiants algériens se sont retrouvés avec les représentants des étudiants marocains, africains, maliens et même chinois. Parmi les personnalités, le conseiller municipal délégué à l'enseignement, Dominique Bunel. Mais aussi Sabrina Ghallal, la jeune conseillère générale, elle-même originaire de l'Algérie où elle se rend deux fois par an pour retrouver sa famille.
« Je vous encourage à aller loin dans votre association, de vivre votre identité, vos valeurs que je partage avec vous », a insisté la jeune élue.
Autre personnalité : le chef de cabinet du préfet de région, conseiller du président de la République, Rachid Kaci, qui s'est dit « militant de la cause Berbère », qui s'est plu à souligner « le chemin parcouru depuis trois décennies » par son pays.
Ce chemin semé d'embûches a été évoqué par M. Azzedine, qui a rappelé la période sanglante du terrorisme algérien et de la lutte du pays « pour lui-même et pour les autres pays » contre le terrorisme islamiste. Une période qui a freiné le développement de l'Algérie, mais qui semble terminée. De ce fait, « nous nous développons grâce à 150 milliards d'investissements dans les infrastructures. Nous avons pris le chemin de la paix et de la démocratie », a conclu le député algérien.
L'association des étudiants algériens peut désormais se consacrer à ses buts : assurer la cohésion de ses membres et mener ses actions pour « montrer la richesse de la culture algérienne ».
                                                                                                                 J.-F. SCHERPEREEL

Posté par djamelslimani à 12:30 - dossier sur village - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire