selloum village kabyle

selloum village kabyle de la wilaya de bouira

30 juin 2010

le lieutenant Amrouche Mouloud

                  Saharidj : Le 28 juin1957 tombait au champ d’honneur le lieutenant Amrouche Mouloud

Connu sous le nom de guerre "El Mouloud Awakour" ce militant de la première heure de la cause nationale est né le 12 décembre 1919, au village Tadart Ledjdid du Aarch Iwakouren dans la commune de Saharidj.
Après les études primaires, il se rendra à Constantine rejoindre son frère aîné Ahmed qui était à l’époque responsable local  du mouvement "l’Etoile Nord Africaine" avant de prendre toujours à Constantine les commandes du Parti du Peuple algérien (PPA).
Repéré par la police coloniale, il fut arrêté et incarcéré en 1939, à la prison de Constantine pour être transféré ensuite à la sinistre prison de Barberousse, il fut traduit devant le tribunal militaire de Blida et condamné à 05 ans de prison avant d’être transféré à Berroughia où il succomba sous la torture dans sa cellule en 1942
Le jeune Mouloud prêta alors le serment de continuer le combat de son  aîné et rejoint le PPA où il gravit rapidement les échelons en devenant député de ce parti en 1947, avant d’intégrer l’organisation secrète (OS), en exerçant en parallèle comme couverture, le métier de prothésiste  dans le cabinet du docteur Derdour Djamel.
Devenu responsable de l’OS  dans le constantinois, il fut repéré à son tour et activement recherché par la police française, ce qui l’obligea à entrer dans la clandestinité et quitter Constantine en 1949 pour se réfugier chez le docteur Amyar à Jijel avec qui, il travailla jusqu'à son arrestation en mars 1950, lors du démantèlement de l’OS.
Jugé à Bgayet avec 28 autres militants dont Abbane Ramdane, il est condamné à 05 ans de prison alors que 06 de ses compagnons d’armes ont été déportés vers la France et incarcérés dans des prisons militaires.
A sa libération dans un état de santé dégradé en 1954, Amrouche Mouloud fut assigné à résidence surveillée dans son village natal Iwakouren dans la commune de Saharidj, où il ne tarda pas à être contacté par Amirouche  et intégra immédiatement les rangs du FLN dans le groupe de Krim Belkacem, Chikhi Amar, Ali Mellah et Abderrahmene Mira. Il fut désigné tout de suite au poste de commissaire politique (Houbous) ; son courage, son intelligence et son sens d’organisation, le propulsèrent rapidement au grade de lieutenant politico-militaire dans la zone II de la wilaya III et cela, immédiatement après le congrès de la Soummam dont il avait activement contribué pour sa réussite, en parallèle il était chargé de plusieurs importantes missions dont celle de l’inspection générale des différentes zones.
En 1957, le lieutenant Amrouche Mouloud occupé à trouver  des brèches dans le dispositif hermétique du ratissage du sinistre général Bigeard pour faire fuir les moudjahidine, Moussebiline et tous les suspects recherchés par l’armée coloniale
Le lieutenant si El Mouloud Awakour déterminé à sauver le maximum de maquisards et citoyens figurant sur la liste des militaires français au dépend de sa propre sécurité et au prix de sa vie, se retrouva pris au centre de la zone d’opération  baptisée "opération nettoyage" par le général Bigeard...
Repéré et cerné de partout, il tomba au champ d’honneur, à proximité de son village le 28 juin 1957, après une résistance farouche et héroïque jusqu'à épuisement de ses munitions.
Des témoins encore en vie racontent qu’il a empêché les parachutistes français de s’approcher de lui, en tirant par saccadées pour se donner le temps nécessaire afin de détruire tous les documents de l’ALN en sa possession et permettre aussi à un groupe de maquisards de s’échapper en couvrant leur retraite.

Oulaid Soualah

Posté par djamelslimani à 13:41 - ARTICLE DE PRESSES - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire